societe solidaire

LA PENSEE DU JOUR

Un tour de passe-passe légal

Un tour de passe-passe légal expliquerait peut être notre désamour envers ceux que nous avons élus.

La désaffection des électeurs pour les partis, l’abstention lors des votes, le manque d’adhérents chez les syndicats montrent bien que quelque chose ne va pas. Nous votons pour des partis qui nous présentent LEURS idées. Des idées qui ne correspondent pas ou plus aux nôtres. Alors que faire ? Pour qui voter ? Beaucoup d’entre nous votent une sanction en élisant une personnalité aux opinions opposées à ceux qui sont en place, ce qui ne veut pas dire qu’ils soient d’accord non plus avec celle-ci.

Ceci explique le peu de popularité et de confiance que l’on accorde à nos élus. Lorsqu’un président de la république est élu au premier tour avec 18% des inscrits et non des votants, comment voulez-vous qu’il ne soit pas contesté ? Un tour de passe-passe constitutionnel lui a donné la légitimité du 50% plus une voix grâce au second tour et au retrait des autres candidats. Dans beaucoup d’esprits on a choisi la peste au lieu du choléra. Le Président Jacques Chirac a ainsi été élu par la gauche, pour que le représentant du Front National ne puisse accéder au poste suprême. Depuis les électeurs semblent appliquer ce principe. Comme nos députés sont élus de la même manière, ils ne représentent pas vraiment les différentes opinions du peuple, ce qui fait que nous leur trouvons du coup, tous les défauts. Ce sont des incapables, des élites (hé oui, maintenant cela devient un défaut et un gros mot) ils gagnent trop et ne font rien, ils obéissent au gouvernement, on en passe et des meilleures.

Trouvez-vous normal qu’une liste élue aux municipales avec 53,63% des voix ait 26 élus, et que les deux autres listes totalisent ensemble sept élus, alors qu’elles totalisent 46,35 % ? Ne trouvez-vous pas qu’il y a un certain nombre de citoyens qui ne sont pas représentés au conseil municipal ? C’est ce qui se passe pour toutes les majorités élues avec un petit peu plus de 50% des voix, alors que proportionnellement le compte n’y est pas.

Trouvez-vous normal que nos députés ne représentent pas réellement les opinions des électeurs ? Bien qu’élus par circonscription, nos députés sont des élus nationaux, non des élus locaux, pourtant ils ne représentent pas réellement la cartographie des opinions de nos concitoyens. Chaque découpage étant pensé par le gouvernement en place, en fonction du nombre d’électeurs, mais aussi de statistiques espérant ainsi garder la majorité. De plus comment peuvent-ils être nos représentants, puisque nous ne votons pas pour nos idées, mais pour les leurs, qui sont celles d’un parti. C’est peut-être aussi pour cela que de plus en plus d’électeurs ont pris l’habitude de s’abstenir. La question se pose donc. L’Assemblée Nationale est-elle le miroir de l’opinion publique ? La représentativité de son élection n’est-elle pas la raison principale d’une incompréhension entre gouvernants et gouvernés ? Grâce au tour de passe-passe constitutionnel, la bipolarité installée, majorité contre opposition, dresse les Français les uns contre les autres, la gauche contre la droite, les politiques contre les syndicats.

En 1962, Pierre Mendès France, dénonçait déjà la bipolarité «La Vème République a inventé une arme d’une extrême perfidie, la bipolarisation. S’agit-il d’un référendum ? Il faut voter oui ou non. S’agit-il d’une élection présidentielle ? Il n’y a finalement que deux candidats. S’agit-il d’une élection législative ? Il n’y a que deux grandes coalitions. Le système trouve son avantage dans un pareil conditionnement de la vie politique. Mais du même coup il empêche tout débat sérieux et objectif sur les véritables problèmes ; il ramène tout à un affrontement des bons et des mauvais […] je n’ai pas l’intention de faire l’éloge des régimes précédents : je peux dire cependant qu’ils étaient au total beaucoup plus pédagogiques, c’est-à-dire en dernière analyse beaucoup plus démocratiques que le régime actuel. » Ne vaudrait-il pas mieux que toutes ou presque les idées soient représentées, qu’ils apprennent à discuter, à travailler en équipe, en respectant l’opinion de l’autre, en prenant ce qui est le meilleur dans chacun de nous, non en s’opposant par habitude, par obligation, en réponse à une question par oui ou non, ce qui est le résultat d’une question fermée, ou d’un vote. Le « oui ou le non … mais » à choix multiples, d’une consultation serait plus constructif que le oui / non d’un référendum. Les « ténors » de notre politique sont accrochés au système majorité / opposition pensant, que si la proportionnelle l’emporte la France est ingouvernable. Or, rien n’est moins démocratique, que la bipolarité, qui met « hors-jeu » plus de la moitié des français.

Pourquoi ne pas prendre en compte le vote blanc, pour les municipales et les législatives, puisqu’il est un rejet des électeurs pour les candidats qui se présentent. Pourtant, ces électeurs qui ont pris la peine d’aller voter et de mettre un bulletin blanc ne se désintéressent pas de la politique. Ils ont accompli leur devoir de citoyen. Pourquoi pénaliser leurs opinions ? Mais pour que le vote blanc ait une valeur il faut qu’il ait des représentants au Parlement. Pourquoi ne pas prendre en compte ce vote représentant la société civile ? Pourquoi ne pas le comptabiliser en pourcentage comme un vote ordinaire pour un parti ? Pourquoi selon certaines modalités à préciser, des citoyens ne seraient pas tirés au sort et ne siégeraient pas à l’Assemblée au même titre que les députés.

 
 
 
Logo cercle sully 3

Le Cercle Sully, ce sont

des débats auquels vous pourrez participer, apportez votre savoir faire, vos idées pour une société plus solidaire, plus conviviale, plus juste

LE BLOG

 

Où est le candidat ou la candidate qui nous parlera de justice, de liberté, de fraternité, de la grandeur de notre pays, la France.

Où est le candidat qui nous parlera des nouvelles entreprises que nous devons avoir sur nos terres pour que chacun de nous puisse trouver du travail ? Celui qui prévoira ........            Lire la suite

Chercher seulement à lutter contre les gaz à effet de serre ne résout pas le problème de nos ressources naturelles. Au contraire, il risque d’accentuer la cassure sociale entre riches et pauvres, à exploiter encore plus des terres rares, plus de ressources naturelles. Le renouvellement calculé par WWF a été pour cette année fin juillet. « Le 29 juillet 2021, l’humanité aura dépensé l’ensemble des ressources que la Terre peut régénérer en un an. Nous vivrons cinq mois dans le rouge. » Lire la suite

Aujourd’hui, nous avons des virus bien plus mortels que le Covid. Les virus informatiques ! Ils peuvent tuer notre économie, nos entreprises, notre environnement.

Lire la suite

La revanche des campagnes suite à la pandémie et à l’exode des citadins ayant les moyens financiers et d’emplois (notamment télétravail) aura-t-elle une incidence durable si celle-ci n’est pas suivi d’une restructuration des territoires et de la réimplantation des services publics ?

Un jour, discutant avec des amis, nous nous sommes mis à imaginer notre « immeuble de rêve » avec bien sûr pas loin de chez nous, commerces, écoles, et centres de loisirs (restaurants, théâtres, emplois, etc…)

La justice est non seulement un droit, mais un besoin essentiel de l’humain. Elle ne se donne pas comme un vêtement ou du sang, mais elle « se rend au nom du peuple »

Il n’y a pas de petits sujets, ni de sujets anodins. La moindre réflexion est importante si l’on veux regarder plus loin. Il est bien connu que l’arbre cache la forêt si l’on ne veut pas voir la forêt. Aujourd’hui, je voudrai vous parler d’un sujet anodin, le téléphone portable dont on ne peut plus se passer.

Bénévole, femme ou hommes au foyer élevant leurs enfants ou s’occupant de personnes âgées, conjoint d’agriculteur ou d’artisan, de commerçant, tout un travail quotidien non reconnu.

Personne n’échappe à la mondialisation ! Pas plus l’Union Européenne ou la Grande Bretagne maintenant que le Brexit lui a rendu son isolement, pas plus que la France

Quelle est la place des langues régionales qui font du patrimoine culturel de notre identité à chaque instant de notre vie ?

Avoir un programme politique c'est bien, mais c'est encore mieux s'il suit la vision d'un projet politique. En prenant en exemple un sujet qui nous concerne tous : l'alimentation.

Il y a deux sujets dont on ne parle pas dans « Pour ou contre la PMA », c'est l'amour et notre relation avec la nature. Qu'est ce qui a poussé un homme ou une femme à aimer quelqu'un du sexe opposé ?

En finir avec  le "vote utile" qui relève d'un détournement de la démocratie

Le Medef ne parle pas de leurs retraites, de la prise en charge santé, maternité, de la prise en charge du forfait journalier, du chômage suite à la cessation d'une entreprise ou son dépôt de bilan, des formations etc.....

Rendre transparente notre politique, Balayer chez soi avant de vouloir donner des leçons au Monde, Respecter la volonté des peuples, Consultation des citoyens avant toute intervention militaire.

Une politique étrangère autonome commune, le développement d'une armée européenne, une politique migratoire commune, la création d'une cellule anti-terroriste commune, l'unification des transports internationaux européens., une politique commune de développement durable supprimant le nucléaire.

Prévention, action, répression trois facettes pour lutter contre la violence sur conjoint ou ex-conjoint. l’éducation reste la meilleure des préventions. Sortir la personne isolée de son enfermement en supprimant les allocations familiales et en les remplaçant par une fonction rémunérée avec fiche de paie équivalent au métier d’assistant(e) maternel(le)

La révolution du numérique ignore l'individu, les lieux de rencontre, la "maison du numérique" serait le lien entre le service public et le citoyen

 

En téléchargement gratuit - un e-book

Parce que nous ne pouvons rien réussir seuls, ni l'état d'un côté, ni nous de l'autre, cet essai politique est la voix de toute cette France invisible, de ceux et celles que plus personne n'entend. Bien que toute une littérature ait été écrite sur cette France d'en bas, bien que nous soyons décortiqués et examinés à la loupe par les sociologues et les médias, personne ne prend en compte nos besoins vus par ceux d'en bas. Parce que nous sommes sur le terrain, nous sommes les yeux de ceux qui voient la pauvreté s'installer plus vite que la fonte des glaces. La plume de tous ceux et celles qui ne croient plus en des réformes justes pour l'ensemble des citoyens et qui s'aperçoivent qu'entre rêves et réalités, qu'entre ce que nous souhaitons et le pouvoir, la différence est énorme. Cet essai est celui des anonymes, des sans dent, de ceux et celles qui font partie des « fainéants », de ceux et celles que l'on interpelle par Machin ou Toi là …

Ce n'est pas seulement notre société qui doit s'adapter au changement climatique, nous devons penser en priorité à ce que tout le monde puisse se nourrir, se loger, se chauffer, travailler.

Parce que nous sommes dans l'urgence, nous devons tous relever le gant. La solidarité doit l'emporter. Ni l'état sans nous, ni nous sans l'état.

Après avoir expliqué à nos élites qui sont les acteurs de terrain qui ont ce savoir-faire mais qui n'arrivent pas à boucler les fins de mois, nous proposons comme la Constitution le stipule, un gouvernement par le peuple et pour le peuple, mais aussi AVEC le peuple car il est temps de faire-savoir que nous avons aussi le savoir-faire pratique.

https://www.monbestseller.com/manuscrit/13265-apres-la-pandemie-vive-le-rechauffement-climatique