Notre Europe

Alors que certains voudraient voir la France sortir de l'Union Européenne, rappelons que la France a été un des fondateurs de sa construction. Cette Union Européenne a assuré à notre état la plus longue période de paix de toute son histoire (70 ans !).

Sans l’Europe, la place de chaque pays européen est insignifiante dans le monde. D’après certains analystes, pas assez de courbe ascendante démographique, pas assez de natalité par rapport à la Chine, l’Inde ou les pays arabes. C’est l’Europe qui nous permettra d’avoir une place au sein de la planète, qui nous permettra d’avoir de grands projets, de nous développer, d’avoir des budgets conséquents pour la recherche, la gestion du développement durable etc… C’est en effet de notre union que naîtra notre force. Mais c’est de notre diversité que naîtra le progrès, le vrai progrès, qui est la richesse culturelle des nations et celle de chaque individu. Pour cela, l’Europe devra relever un certain nombre de défis, dont le premier est de réconcilier les européens avec l’Europe.

Tout commence avec la vision de l’Europe par les européens. L’Europe du « oui… mais ». L’Europe s’arrête mentalement pour chaque européen à ses frontières. Pour preuve : Nous avons tous une fête nationale et des commémorations de mémoire collectives qui sont là pour nous rappeler la fin des guerres fratricides et les morts tombés au combat. Mais avons-nous une journée que l’on puisse considérer comme une fête européenne ? Bien sûr, elle existe : c’est le 9 mai. Mais nous, simples citoyens, en avons-nous conscience ? Or, rien n’est plus important que les rites pour adhérer à un projet. Il y a des rites pour passer de l’enfance à l’adolescence, puis à l’âge adulte, ainsi que pour se marier. Demander à n’importe qui dans la rue quel est le jour de sa fête nationale, il vous répondra. Celle de l’Europe ? Très peu connaissent la réponse.

Pour faire comprendre à quel point la notion de l’appartenance à l’Europe est lointaine, une autre question : quels sont les noms des députés qui nous représentent ? Pas plus que nous ne connaissons le nom du député d’une circonscription qui n’est pas la notre, nous ne connaissons ceux que nous avons élus. Nous votons parce que c’est une obligation morale. Nous votons pour les représentants d’un parti, mais nous votons pour un concept abstrait que personne ne comprend et qui agit sur notre quotidien. La Commission européenne installé à Bruxelles est une entité très lointaine qui « casse les pieds »  au citoyen parce qu’il lui « donne des ordres » sous forme de lois et de normes depuis sa tour d’ivoire. Il a l’impression d’entendre le refrain d’une chanson : « Fait pas çi, fait pas ça, ». Le parlement européen et nos gouvernements ont oublié de nous faire vivre cette union, si ce n’est par des interdits qui vont à l’encontre de nos cultures.

Les europhobes, les eurosceptiques sont de plus en plus nombreux. Une reconstruction différente de l'union européenne devient inévitable.

Rappelons l'attachement de la France aux valeurs fondatrices de l'Europe. Il faut non seulement consolider la place de la France au sein des institutions européennes, mais il faut aussi inclure les citoyens de tous pays.

Pourquoi ne pas avoir une télévision européenne parlementaire. Elle permettrait notamment de retransmettre les débats du Parlement et de mieux comprendre nos représentants et les enjeux politiques. Question de langue ? La technique peut palier cet inconvénient.

Actuellement un projet de partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (aussi nommé traité de libre-échange transatlantique) est en négociation. Dans sa forme actuelle il renforce le pouvoir de gouvernance des grandes multinationales sur le fonctionnement des états. Il faut dénoncer ces tractations trop secrètes. Les textes des négociations sont hyper sécurisés et réservés à quelques eurodéputés. Quand est-il de la remontée de l'information aux citoyens européens ?

Dénonçons le traité de libre-échange transatlantique.

Accompagnons une transformation de l'Union Européenne avec :

  • une politique étrangère autonome commune
  • le développement d'une armée européenne
  • une politique migratoire commune,
  • la création d'une cellule anti-terroriste commune,
  • l'unification des transports internationaux européens.
  • une politique commune de développement durable,

 

Il faut continuer. Emporter l’adhésion de tous les européens à la sensibilisation d’une gestion globale de « notre » Europe avec des questions qui nous concernent tous : l’environnement et la paix dans le monde, passant par le combat contre la pauvreté, la faim, le terrorisme. L’important est de mettre en commun nos savoirs et nos savoir-faire dans ces domaines, afin de faire face aux catastrophes naturelles, humaines ou techniques.

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau