Le "mariage pour tous" (suite)

Lorsqu'une loi tel que celle sur le "mariage pour tous" a été votée par les représentants du peuple, même si on n'est pas d'accord sur certains aspects, on ne peut revenir dessus parce qu'elle a changé les fondements de notre société. Telle qu'elle a été votée elle remet aussi en question la filiation du couple homme-femme. Deviendrait-elle une filiation « papier » au lieu d'être une filiation « naturelle » ? Dans quelques années nous en aurons la réponse « pratique ».

Dans le cadre d'une société solidaire ce qui compte le plus c'est l'égalité, l'égalité des chances, la solidarité entre les personnes et le devenir des générations futures.Que l'on choisisse de se marier, de se pacser, le concubinage ou de vivre en union libre, tout cela n'est qu'un choix personnel et chacun à droit à la vie qu'il souhaite mener. L'égalité est dans les impôts, la transmission du patrimoine. L'égalité des chances commence avec le passé « biologique » que l'on donnera aux enfants. Bien sûr que l'on ne choisi pas le foyer où l'on va naître, mais il ne faut pas partir dans la vie avec un handicap moral que certain auront du mal à surmonter. Ce sont donc les lois sur l'adoption qu'il faut réformer et encadrer la PMA (procréation médicalement assistée) alors qu'il faut continuer à interdire la GPA (gestation pour autrui, ou pratique des mères porteuses)

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau