Les gestes injustifiables

Sommes nous le pays des droits de l’homme, comme certains aiment le clamer ? Sommes nous le pays qui voulons donner des leçons au monde sur les droits de l’homme, sur la liberté ? Sommes nous le pays qui parle de discrimination positive ? Faisons-nous partie de l’Europe ?

Or, l'Union européenne a mis en place un cadre légal solide pour combattre la discrimination envers les Roms, basée entre autres sur l'article 13 du Traité de la Communauté Européenne, la Directive 2000/43/EC sur l'égalité raciale et la Directive 2000/78/EC proscrivant toute discrimination dans l'emploi et la formation professionnelle. Les Etats Membres ont le devoir de transposer ces Directives dans leur propre législation nationale.

Le rôle de la Commission européenne prévoit de stimuler l'utilisation des fonds structurels européens par les Etats Membres de l'UE, pour renforcer l'inclusion des Roms.

Cette action est soutenue par le réseau EURoma, qui rassemble actuellement des représentants de 12 Etats Membres. Ce réseau encourage une utilisation des fonds structurels européens pour que les politiques renforçant l’inclusion sociale des Roms soient mises en oeuvre de façon effective.

Il y a en France actuellement 350.000 à 500.000 Roms, dont la quasi totalité sont de nationalité française, sur un total de 10 à 12 millions dans l’Union européenne. Une idée reçue répandue voudrait que les Roms soient des nomades, pourtant seulement 2% d’entre eux sont du voyage en Europe.

L’Union Européenne a déjà consacré deux sommets depuis 2008 pour favoriser leur inclusion dans les différents pays membres.

Exigeons que soient mises en place les structures votées par le Parlement Européen

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau